2stv

Thaïlande: un plongeur mort après avoir aidé les enfants bloqués dans une grotte

Des soldats thaïlandais aux abords de la grotte où 12 enfants sont bloqués avec leur entraîneur, le 6 juillet 2018. YE AUNG THU / AFP

Une course contre la montre a démarré dans le nord de la Thaïlande pour tenter d’évacuer douze enfants et leur entraîneur de football bloqués depuis maintenant treize jours dans une grotte inondée. Les secouristes tentent de pomper l’eau hors de la grotte avant que les pluies ne reprennent ce week-end. Un secouriste est mort d’asphyxie la nuit dernière alors qu’il avait plongé plusieurs heures d’affilée dans la grotte, ce qui remet en question l’évacuation rapide des enfants.

Un secouriste thaïlandais, ancien membre des commandos de marine, est mort d’asphyxie ce vendredi 6 juillet alors qu’il participait à l’opération de secours de 12 enfants et de leur entraîneur toujours bloqués dans une grotte depuis treize jours. Il a perdu conscience dans l’eau sur le chemin du retour, après douze heures de plongée. Un de ses camarades l’a ramené dans une salle qui n’était pas inondée et il n’a pas pu être ranimé.

Le roi de Thaïlande a annoncé qu’il allait parrainer les funérailles. Dans l’immédiat, cet incident remet en cause l’option qui semblait favorisée par les autorités thaïlandaises ces derniers jours, à savoir l’évacuation rapide des enfants après les avoir initié à la plongée.

Cet accident tragique montre le dilemme qui se pose aux autorités. Les enfants sont très affaiblis. Aucun d’entre eux ne sait nager. Ils sont en train d’être initiés à la plongée, mais la sortie par ces galeries étroites et inondées s’avère extrêmement périlleuse. Par ailleurs, le niveau d’oxygène baisse au sein de la grotte, probablement parce qu’un grand nombre de secouristes s’y trouvent désormais.

Evacuation rapide

Le large chemin qui monte en serpentant vers l’entrée de la grotte de Tham Luang, dans la province thaïlandaise de Chiang Rai, est sillonné de tuyaux crachant en continu l’eau pompée hors de la grotte.

La scène a l’allure d’un quartier général à l’arrière d’un champ de bataille. Des camions militaires vont et viennent dans la boue. Après une journée de travail, un groupe de secouristes revient de la grotte. L’un d’entre eux, Direk Taptim, estime que peu de progrès ont été faits ces derniers jours.

« Nous sommes en charge d’installer des réservoirs d’oxygène à l’intérieur de la grotte, explique-t-il. La situation n’évolue pas beaucoup, si ce n’est que le niveau de l’eau a un peu baissé grâce au pompage. Même si les pluies cessent, la grotte restera en partie inondée, mais simplement le niveau de l’eau sera un peu moins élevé. »

Les secouristes indiquent que beaucoup de passages sont inondés presque jusqu’au plafond, ce qui rend extrêmement difficile l’évacuation des enfants. A l’intérieur de la grotte, ceux-ci sont initiés à la nage et à l’utilisation d’équipements de plongée. Mais il s’agit de franchir plusieurs kilomètres de passages inondés, ce qui comporte de gros risques. Les pluies qui s’annoncent ce week-end incitent toutefois à une évacuation rapide sous peine d’une aggravation de la situation.

(avec RFI)