Tchad: ouverture du sommet de la Cemac à Ndjamena

La banque centrale de Ndjamena, Tchad. (Photo d'illustration) © Wikimedia Commons/Notrchad

Ouverture ce mardi 31 octobre à Ndjamena au Tchad d’un sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) en présence des six chefs d’Etat parties à l’institution (Cameroun, République centrafricaine, République du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad). A l’ordre du jour, la libre-circulation des personnes et des biens. Une décision est attendue par les populations, mais surtout par les opérateurs économiques.

Ahmat Goni Bichara est transitaire depuis plusieurs décennies. Les initiatives et réunions pour faciliter la libre-circulation des personnes et des biens en Afrique centrale, il en sait quelque chose.

« Le corridor que vous empruntez de Douala jusqu’à la frontière tchadienne est jonché de PDG. J’entends par là, police-douane-gendarmerie. A ces postes, on débourse des frais très importants. Nous avons eu plusieurs rencontres au niveau de la Cemac, des décisions ont été prises. Je voudrais dire que l’on a une semaine ou deux semaines, les mêmes tracasseries reprennent », explique-t-il.

Ce mardi 31 octobre, le sommet des chefs d’Etat devrait constater l’effectivité de la libre-circulation dans l’espace économique sous-régional. Pour l’opérateur économique, la circulation des biens devrait être aussi facilitée : « Là, ce sont des décisions qui doivent être prises par des chefs d’Etat. Ce que je peux demander, c’est que ces décisions soient surveillées par les experts de la Cemac. Il ne faut pas que les chefs d’Etat prennent des décisions ici et que le subalterne en bas ne les applique pas », estime-t-il.

Après le Tchad en août 2017, la Centrafrique, le Congo, le Gabon et la Guinée équatoriale ont décidé ces dernières semaines de supprimer les visas pour des ressortissants de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.

(Source: RFI)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*