Google+
Breaking News
Home » Actualité » Rédoine Faïd: une évasion et de nombreuses questions
L'hélicoptère utilisé par Redoine Faïd et ses complices a été abandonné à Gonesse, peu de temps après l'évasion. Le 1er juillet 2018. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Rédoine Faïd: une évasion et de nombreuses questions

L’évasion spectaculaire en hélicoptère, dimanche matin, de Redoine Faïd de sa prison de Réau, en région parisienne, pose de nombreuses questions sur la sécurité de l’établissement.

Cette évasion pourrait, sans nul doute, intégrer le scénario d’un film d’action. Et elle est bien le reflet de la personnalité de Redoine Faïd, figure du grand banditisme. Passionné de thriller américains, il dit avoir vu 1 000 fois le célèbre film Heat de Micheal Mann, qui oppose Robert de Niro à Al Pacino.

Il était 11h30, dimanche matin lorsque qu’un hélicoptère, dont le pilote avait été pris en otage, est venu se poser dans la cour d’honneur de la prison de Réau, en Seine-et-Marne au sud de Paris. La seule cour de la prison dépourvue de filins anti-intrusion et qui est à l’abri des miradors.

L’hélicoptère a déposé deux individus, vêtus de noirs, encagoulés, lourdement armés et munis d’une disqueuse. Après avoir lâché des fumigènes, les deux hommes ont découpé une porte donnant sur un couloir de service menant directement au parloir, où se trouvait Rédouane Faïd, qui recevait alors la visite de son frère.

Face à un tel commando, le personnel pénitentiaire n’a rien pu faire et moins de dix minutes plus tard, l’hélicoptère arrachait Redoine Faïd de sa prison. L’appareil a été retrouvé en banlieue parisienne à Gonesse, dans une zone d’entrepôts en partie incendié. Faïd et ses complices auraient ensuite utilisé une voiture qui a été retrouvée également, brûlée non loin de là.

Depuis 24 heures, près de 3 000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour retrouver le fugitif.

Des leçons à tirer

Ce matin, le Premier Ministre Edouard Philippe annonce qu’il veut tirer les leçons de cette spectaculaire évasion.

La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, qui dès hier soir s’est rendue sur place, a reconnu qu’il y avait peut-être eu des défaillances à Réau et elle a ordonné une mission d’inspection générale de la justice : « Nous avons là un commando qui sans doute avait repéré les lieux par le biais de drone – l’enquête judiciaire qui est en cours le dira certainement – et qui a donc conduit à cette évasion tout à fait spectaculaire en permettant à un hélicoptère de se poser sur la seule cour de la prison qui n’était pas couverte par des filins de sécurité. »

Aujourd’hui se pose la question de savoir si les assaillants ont pu bénéficier de complicités internes. En tout cas, ils étaient bien renseignés : leur vitesse de progression dans la prison est étonnante, et le chemin emprunté n’étaient connus que des seuls surveillants.

Les complices de Redoine Faïd savaient aussi pertinemment que les gardiens n’ouvriraient pas le feu sur l’hélicoptère. La consigne est la même dans tous les établissements afin d’éviter que l’appareil ne s’abime sur la prison.

« Le roi de la belle » était un DPS

Faïd était un DPS, c’est-à-dire un « détenu particulièrement signalé », condamné à 25 ans de réclusion pour un braquage raté en région parisienne, qui avait coûté la vie en 2010 à une policière.

Il a également été condamné à 18 ans de prison pour l’attaque d’un fourgon blindé dans le Pas-de-Calais en 2011, mais aussi à 10 ans de réclusion pour une précédente évasion tout aussi spectaculaire. C’était en 2013 à la prison de Lille Sequedin, où il avait fait exploser cinq portes pour se faire la belle. Une cavale de quelques semaines dont il avait dit un mot à la télévision : « J’étais déjà dans la clandestinité depuis au moins un an et demi, deux ans et ils m’ont attrapée un an et demi après. Vous êtes clandestin pourquoi ? C’est par instinct animal. Et la prison, ça fait peur. C’est ça le piège du vol, c’est que vous n’arrivez pas à vous en défaire. »

Désormais Redoine Faïd a toutes les polices d’Europe à ses trousses. Pour lui, la partie ne sera pas facile, une cavale coûte cher et dans le milieu qui est le sien, les trahisons sont monnaies courantes.

(avec RFI)

Check Also

Guinée équ.-Sénégal : Ismaïla Sarr forfait

Ismaïla Sarr ne jouera pas Guinée équ.-Sénégal, ce samedi (15h Gmt) à Bata, pour le …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :