Plus de 183 000 élèves sans déclaration de naissance

Toute naissance doit être déclarée à l’officier de l’état civil dans le délai franc d’un mois, c’est ce qui est prévu par la loi (art 51 du code de la famille). Malheureusement le problème de l’enregistrement des enfants à l’état civil persiste au Sénégal. Le rapport parlementaire pour la population et le développement (Rppd) a donné le nombre des enfants non déclaré au Sénégal, il est de 183.000 .

Le rapport donne les détails sur les causes de ce phénomène social. En premier lieu il y a l’ignorance et la négligence des parents concernant les procédures de déclaration de naissance. L’autre cause serait liée à des difficultés d’accès à l’administration, la distance que doivent parcourir les parents pour déclarer les enfants. Le refus de paternité et les grossesses non désirées des jeunes filles. Les tracasseries de mariage, les superstitions ou les croyances socioculturels.

Comment imaginer jusqu’à nos jours que des enfants susceptibles d’aller à l’école ne soient pas toujours déclarés à l’état civil ? Pour la députée Mously Diakhaté, coordonnatrice du Rddp : “Cette question est d’autant plus préoccupante que le manque d’état civil est un frein à la scolarisation et au maintient des enfants à l’école” . Ne pas déclarer un enfant c’est lui priver du droit à l’identité et probablement lui priver de scolarisation.

Dans une perspective de solution efficace, Assane Ndiaye coordonnateur de la Direction du développement du capital humain(Ddch), déclare : “un système d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques de l’état civil efficace est capital pour instaurer des sociétés inclusives, assurer par des services publics de qualité”

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire