Mort de Bineta Camara à Tamba : le sénégalais, un malade ?

Coumba- Bineta ! Disons Sokhna pour mettre un genou à terre et implorer le pardon de toutes les femmes. Un crime est déjà un supplice pour la victime, un viol l’est plus. Je ne puis imaginer l’état psychologique du père de la victime de Tamba ! Il doit être plus que dévasté. Il est à se demander ce qui a changé en l’homo sénégalensis : on tue de façon éhontée, on viole en plein ramadan, on trahit son bienfaiteur jusque dans sa chambre à coucher, on décime des familles entières sur les routes. C’est l’hécatombe dans un pays où même des enfants de guides religieux deviennent la proie de malfaiteurs bien inspirés.

Face à toute cette barbarie soudainement mise à nu, aucune voix autorisée ne se prononce. L’abbé Pierre avait raison : la liberté prise comme absolu peut conduire soit à l’anarchie la plus complète, soit à la loi du plus fort c’est-à-dire la barbarie. Malheureusement, on en est arrivé là.

Ben Makhtar Diop.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire