MANIFESTATIONS DES PARTISANS DE SONKO : Des enseignements, au-delà des dégâts

La manifestation des militants du Pastef, lundi 8 février, pour soutenir leur leader ousmane Sonko, sur qui pèse une lourde accusation de viol, recèle des enseignements politiques, au-delà du lit des dégâts matériels occasionnés

Au lendemain des violentes manifestations qui ont émaillé la journée du 8 février, plusieurs analystes se sont attelés à lire les évènements. Dans leur grande majorité, les analyses se sont focalisées non sur la nature de ce qui s’est passé lundi dernier, mais sur les enseignements qui en découlent. Mamadou Sy Albert pense que «c’est une révolte de la jeunesse» pour protéger quelqu’un (Ousmane Sonko) qui symbolise une certaine tendance politique. Laquelle tendance est devenue «réelle», dira l’analyste politique. «Ce qui s’est passé hier (lundi 8 février) est le fruit d’un long processus», estime Babacar Dione, analyste politique et directeur de publication de Lii Quotidien. Selon M. Dione, le processus en question a démarré depuis 2012
avec son lot de frustrations. Ce qui l’a amené à estimer que ce «serait réducteur de penser que les militants de Sonko étaient seuls sur le terrain».
De son côté, Mamadou Sy Albert fait savoir que ce que les militants du Pastef sont en train de faire n’est que le résultat d’un manque de prise en compte sérieux de Sonko par le régime de Macky Sall. «Il faut intégrer Sonko dans le jeu politique. C’est ça qui va permettre au gouvernement de rassurer l’opinion publique», a-t-il déclaré. Selon M. Sy Albert, «le gouvernement doit accepter Sonko comme l’incarnation d’un espoir chez une bonne frange de la jeunesse». Cela, parce que l’homme a fini d’être «une réalité politique»,
conclut l’analyste politique.
Vers un repositionnement du Pastef ?
Les événements seraient-ils favorables au Pastef, le parti d’Ousmane Sonko, qui pourrait se repositionner sur l’échiquier politique ? Mamadou Sy Albert pense que c’est ce qui pointe à l’horizon. En effet, il faut dire que depuis l’éclatement de cette rocambolesque affaire, Ousmane Sonko a reçu beaucoup de soutiens de la part de leaders de l’opposition. On a même vu de grandes figures comme Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Mame Diarra Fam, entre autres exemples, défiler dans le salon de celui qui est arrivé troisième lors de la dernière présidentielle. Et tous les leaders ont pris le soin de se faire photographier avec le tristement célèbre du moment. A cela, s’ajoute la vague de solidarité des membres de la société civile. Si Alioune Tine parle des évènements du 8 février comme le signe d’une «démocratie malade», d’autres acteurs des mouvements citoyens, comme les membres du mouvement «Y en a marre», ont effectué le déplacement pour soutenir le
leader des «Patriotes». Ainsi, à la faveur de cette forte mobilisation au profit de Sonko, Mamadou Sy Albert estime que le repositionnement du Pastef sur la scène politique est à prendre très au sérieux

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire