Macky Sall et Madické Niang reçus par le Khalife général des Mourides

Le président sortant Macky Sall reçu par le khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké , dimanche 03 février 2019.

La campagne électorale a commencé ce dimanche 3 janvier. Le président sortant Macky Sall s’est rendu dans la région de Touba pour son premier meeting.

A Mbacké également, commune voisine de la ville sainte de Touba, les habitants ont attendu Madické Niang pendant de longues heures.

Pour le président Macky Sall, il était primordial de revenir à Touba pour le début de la campagne. Le président repense à sa victoire en 2012, et il se dit « serein ».

« En 2012, j’ai commencé ma campagne par Touba au moment où certains candidats avaient choisi de rester à Dakar. C’est important compte tenu d’abord de l’importance de la communauté mouride, mais aussi compte tenu du lien particulier que j’ai avec la famille de Touba », explique le chef de l’Etat sortant.

Originaire de Touba, cet homme est assuré que Touba votera Macky Sall. Une seule raison à cela : la construction de l’autoroute qui relie la ville sainte à la capitale. « J’ai quitté Dakar ce matin vers 11h-12h et je suis arrivé à 13h à Touba. C’est la première fois que ça m’arrive, raconte-t-il. Rien que par rapport à cela, je voterai Macky. »

Mais pour cet autre jeune homme, Macky Sall n’a rien à faire ici. La ville est et restera un bastion du Parti démocratique sénégalais (PDS) de l’ex-président Abdoulaye Wade. « La population de Touba n’aime pas Macky Sall. Pourquoi Macky Sall vient-il ici ? Pourquoi ne choisit-il pas Dakar ou Saint-Louis ? S’emporte-t-il. Il sait que la population ne l’aime pas ici, pourquoi venir ici ? C’est ça qui m’inquiète. »

Des tissus à l’effigie du président candidat, des pancartes quand d’autres portent des t-shirts « Tous avec Macky Sall ». La foule est dense à Mbacké, près de la ville sainte. C’est là que Macky Sall a prononcé son premier discours de campagne, en wolof. Le candidat a axé sa campagne autour de son bilan.

« Je crois que notre travail pendant les sept dernières années montre que nous avons une maîtrise de ce qu’il faut faire et que nous avons aussi les financements, a déclaré Macky Sall à RFI. On a besoin de la caution et de la confiance du peuple et nous sommes donc à la rencontre de cette population. »

Abdou Diouf salue la forte mobilisation autour de son candidat. Pour lui, Touba a besoin de beaucoup plus de mesures concrètes. « Nous avons besoin d’un stade d’un lycée et d’un centre de santé, estime-t-il. Depuis sept ans, il n’avait pas mis les pieds ici. »

Madické Niang également à Touba

Du côté de l’opposition, Madické Niang, candidat dissident du PDS, avait également choisi de venir à Touba pour tenter de séduire l’électorat mouride et les fidèles d’Abdoulaye Wade.

Cet étudiant est furieux d’un tel télescopage : « Il n’a rien fait à Touba, il n’a pas tenu ses promesses. C’est pourquoi aujourd’hui nous allons lui montrer qu’il n’est pas le bienvenu ici. »

Pour lui, la candidature de Madické Niang est celle qui aura le plus d’écho à Touba. « M. Madické Niang, c’est le candidat idéal, assure-t-il. Il est un fervent disciple mouride et largement le plus méritant ici à Touba. Il a beaucoup fait à Touba. »

La région a beau être un bastion historique du PDS, cela ne suffira pas pour ce natif de la ville, selon Cheikh Mbacké Thiongane. « Madické Niang, je sais qu’il arrivera en cinquième position. Il n’a pas d’appui, il vient de naître, souligne-t-il. Il y a un proverbe qui dit que la victoire se prépare avant le combat. Il est arrivé trop tard. S’il était s’affichait avec le maître, Abdoulaye Wade, peut-être qu’il serait bien placé. »

Un soutien, un geste de l’ancien président que Madické Niang n’a pas obtenu. Il faut dire que la voix d’Abdoulaye Wade est toujours très écoutée dans le pays. Son retour au Sénégal est annoncé ce jeudi.

Attendu à midi, il ne s’est finalement rendu dans la ville qu’à 20h. Mais les deux candidats ont été reçus par le grand Khalife de la confrérie des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké.

Source: RFI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*