Loi sur le terrorisme : Les propos polémiques de Birame Souleye Diop (Pastef)

« Macky Sall n’a rien trouvé d’autre à faire que de tenir une rencontre dans un hôtel pour essayer de voir ce qu’il allait donner aux conducteurs de Jakarta. Et sa nouvelle loi consiste à mettre en prison à vie tous les parents qui ne voudront pas que leurs enfants deviennent des conducteurs de moto Jakarta. »

C’est l’administrateur général du Pastef, Birame Souleye Diop qui dit cela…Inspecteur principal des impôts et des Domaines, ancien responsable du Mouvement des élèves et étudiants libéraux de l’université Gaston Berger de Saint-Louis, le numéro 3 de Pastef ne fait nullement l’unanimité avec cette déclaration.

Il est d’ailleurs pointé du doigt par certains qui jugent qu’il manipule l’opinion en essayant d’interpréter une loi qui est loin de s’intéresser aux jakarta-men. En effet, les députés ont voté vendredi dernier le projet de loi n°10/2021 modifiant la loi n°65-60 du 21 juillet 1965 portant Code pénal et celui du n°11/2021 modifiant la loi n°65-61 du 21 juillet 1965 portant Code de procédure pénale. Et les activistes et l’opposition combattent quelques articles modifiés de ce code pénal qui peuvent être liberticides pour les Sénégalais. C’est le cas de cet article 238 qui est un fourre-tout dangereux pour le droit de manifester.

L’article 238 de ce code pénal incriminant le crime d’associations de malfaiteurs au Sénégal en rapport avec le crime de terrorisme stipule : « constitue une association de malfaiteurs tout groupement formé ou toute entente établie quelle que soit sa durée ou le nombre de ses membres, en vue de la préparation ou de la commission d’un crime ou délit ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire