Google+
Breaking News
Home » Actualité » Législation contre la cybercriminalité : Le Sénégal en tête du peloton de la Cedeao

Législation contre la cybercriminalité : Le Sénégal en tête du peloton de la Cedeao

Premier pays à avoir adhéré à la convention de Budapest, l’instrument juridique international de lutte contre la cybercriminalité, le Sénégal avance «très bien» dans la législation sur la cybercriminalité. Représentant du Conseil de l’Europe à la formation judiciaire avancée sur la cybercriminalité et la preuve électronique (du 12 au 15 novembre), Manuel de Almeida Pereira a fait savoir que ce pays a une très bonne législation, qui est en conformité avec ladite convention.

Mieux, le Sénégal a aussi ratifié la convention de Malabo (La Protection des Données à caractère personnel). Ainsi, a-t-il expliqué que le but de cet atelier est de renforcer la capacité de tous les pays du monde à lutter contre la cybercriminalité.

«Nous avons fait une collaboration et des échanges de correspondance entre la commission de la Cedeao pour faire quelques activités dans l’espace Cedeao qui visent l’harmonisation de la législation», a-t-il déclaré.

Pereira a souligné que dans l’espace Cedeao,  il y a des pays qui n’ont pas encore une seule pièce de législation sur la cybercriminalité. Il s’agit de la Guinée Bissau, de la Sierra Leone, du Liberia, du Mali et de la Gambie.

Présidant la cérémonie d’ouverture de la formation, le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, s’est réjoui de la désignation du Sénégal parmi les pays prioritaires du projet Glacy + (Action globale contre la cybercriminalité élargie), qui a été lancé à la suite de l’achèvement de la première phase (Glacy, 2013-2016).

Le ministre de la Justice a souligné que le pays s’est doté, dans le cadre du programme «Sénégal numérique 2016-2025», volet numérique du Plan Sénégal émergent (PSE), d’une stratégie nationale de cybersécurité. L’idée, selon lui, est de traduire la vision suivante : «En 2022, au Sénégal, un cyberespace de confiance, sécurisé et résilient pour tous.»

Le Cours de formation judiciaire avancée sur la cybercriminalité et la preuve électronique est organisé à l’intention des magistrats des pays francophones et lusophones de la Cedeao.

Seneweb

Check Also

À la Une des journaux du Jeudi 06 Décembre 2018

Les quotidiens parvenus jeudi à l’APS se penchent essentiellement sur la confusion autour du lieu …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :