Le Parquet requiert 2 ans dont 3 mois ferme, en attendant le délibéré du 13 mars : Metzo Diatta, les rastas arrachés, pleure comme une madeleine

Sûr que ceux qui étaient présents, ce matin, à son procès, ne démentiront pas Actusen.com, et pour cause. C’est un Metzo Diatta effondré et méconnaissable qui s’est présenté, ce 6 mars 2014, devant la barre du Tribunal, lors de son procès pour tentative de corruption sur un policier et non-respect des feux de signalisation.

La preuve, après que le procureur de la République a requis contre lui deux ans dont trois mois ferme, l’artiste-musicien a pleuré de chaudes larmes, en regagnant sa cellule de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, où il a déjà passé deux nuits.

En attendant le délibéré fixé au 13 mars prochain, la peine requise par le Parquet est tombée comme un couperet et ce, en dépit du fait que Metzo Diatta ait demandé solennellement pardon aussi bien à ses fan’s qu’à tous ses compatriotes choqués par sa tentative de corrompre l’agent de Police. Dans tous les cas, il a commencé par payer sa faute, pour avoir été déjà arraché à l’affection de ses rastas. Car Metzo Diatta s’est présenté à la barre avec un crâne complètement rasé.

Actusen.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire