La Banque mondiale veut investir 15 milliards de dollars dans la santé et l’éducation en Afrique

Au Cameroun - Bertoua, L'école publique de Mokolo.

L’institution annonce vouloir doubler ses investissements dans le capital humain entre 2021 et 2023 à travers un fonds pour l’éducation, la santé et la protection sociale.

Après avoir revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique(2,8 % contre 3,3 % initialement), la Banque mondiale a décidé de parier sur le dividende démographique pour accélérer le développement du continent. L’institution de Bretton Woods a annoncé le 11 avril qu’elle prévoit d’investir 15 milliards de dollars entre 2021 et 2023 à travers un fonds dédié à l’éducation, la santé et la protection sociale.

Doubler les investissements actuels Dans son annonce faite à Washington lors d’une conférence intitulée « le développement du capital humain en Afrique : façonner l’avenir d’une génération », Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, a précisé que les futurs investissements devront cibler les pays les plus fragiles – notamment ceux du Sahel -, appelant à « faire vite et travailler dur pour rattraper le retard »

En augmentant ainsi de 50 % ses investissements actuels dans ces domaines, la banque entend réduire la mortalité infantile, accroître le taux de scolarisation de 20 %, l’indice de capital humain de 13 % et ainsi « sauver quatre millions de vie », affirme son vice-président.

Elle veut également prioriser l’amélioration des systèmes d’enregistrement des naissances et insister sur le développement du rôle des femmes. « Nous devons maintenir les filles à l’école afin qu’elles n’aient des enfants que lorsqu’elles sont prêtes et ne sont plus des filles elles-mêmes », a insisté Hafez Ghanem.

Source: Jeune Afrique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire