Warning: set_time_limit() has been disabled for security reasons in /home/clients/35e967565235033916a82b9b594ba511/web/wp-content/plugins/wedevs-project-manager/core/Upgrades/Upgrade.php on line 4
“JUSTICE POUR BASSIROU” Manifestation des étudiants lors de la visite de Macky Sall à l’UCAD Google+
Breaking News
Home » Actualité » “JUSTICE POUR BASSIROU” Manifestation des étudiants lors de la visite de Macky Sall à l’UCAD

“JUSTICE POUR BASSIROU” Manifestation des étudiants lors de la visite de Macky Sall à l’UCAD

Il a vu rouge. On lui a jeté des pierres. Pourtant, le président de la République était venu inaugurer trois pavillons de 1 044 lits qui visent à permettre de réduire le déficit de logements au campus social de l’Ucad. Dans une université divisée en proportions électoralistes, l’autorité et le respect dus à une institution ont été bafoués au grand jour. L’assassinat de Bassirou Faye est toujours vivace dans le cœur de centaines d’étudiants.

L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) est une zone sans lex. Même le chef de l’Etat n’est pas à l’abri des humeurs des étudiants. Pourtant, il était venu pour inaugurer trois pavillons au campus social. Ils vont permettre de résorber le déficit de lits à l’Ucad. Mal lui en a pris…

La tension est palpable. A quinze jours de la commémoration du décès tragique de Bassirou Faye, les étudiants reviennent sur le lieu du crime. Sur le balcon du 1er étage du pavillon D de l’Ucad, deux étudiants tiennent une banderole : «Justice pour Bassirou».

1Derrière eux, un étudiant encagoulé est enveloppé dans des habits rouges. A travers les fenêtres, sur la terrasse des différents pavillons, le rouge flotte pour rappeler au chef de l’Etat que les étudiants ne sont pas enchantés par sa visite. Ce sont des chemises, des draps, des casquettes.

Au pied de l’immeuble, la foule d’étudiants a du mal à contenir sa colère. Ils scandent : «Assassin», «Justice». Les policiers encaissent. Stoïques. Provocateurs, ils chantent et applaudissent. Ils multiplient les va-et vient entre les pavillons A et D. Ils s’arrêtent devant les Forces de l’ordre qui cristallisent la rancœur des étudiants. «Policiers assassins», ressassent-ils.

Défilant sous les pavillons, les dignitaires sont systématiquement hués. La tension monte. Le public pousse les barrières. Les hommes de tenue restent zen. Cette réaction n’altère pas la détermination des étudiants décidés à élever la voix pour se «faire entendre» sur l’affaire Bassirou Faye.

Il est 16h. Macky Sall n’est encore pas sur les lieux. Le Mouvement des élèves et étudiants Républicains (Meer) essaie d’exister au sein du campus qui vote pour la contestation. Ils sont noyés et chahutés : «Vous êtes des corrompus ‘’goor djiguène’’.» Les minutes passent, la colère s’entasse.

Arrestation d’étudiants

Il est 19h… Le cortège présidentiel, en provenance de l’Ucad II, avance vers le «territoire ennemi». Debout dans sa voiture, il est entouré d’une foule qui scande «Président». Le déchaînement de colère s’ensuit.

Les pierres pleuvent en direction du véhicule présidentiel. La sécurité couvre le chef suprême des Armées. C’est la débandade. C’est la consternation. Jusque-là sereine, la police réplique en lançant des grenades lacrymogènes. Elle repousse les «perturbateurs» et met la main sur plusieurs manifestants. Le calme revient.

Le Président poursuit son chemin pour aller inaugurer trois bâtiments d’une capacité de 1 044 lits. Au grand bonheur de tous les étudiants.

Check Also

ON DIT QUOI DU 18 SEPTEMBRE 2018 AVEC AÏCHA – INVITÉ ADA GUÉWEUL

2stvsenegalmer, septembre 19, 2018 2:52 URL:Embed:ON DIT QUOI DU 18 SEPTEMBRE 2018 AVEC AÏCHA – …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :