“Invest in Africa” dévoile ses initiatives clés pour connecter les entreprises locales et internationales pour un plus grand impact économique

Invest In Africa (IIA), une entreprise qui accélère la croissance des petites et moyennes entreprises (PME) en Afrique, s’associe à la Fondation Mastercard pour lancer un programme qui soutiendra plus de 8000 micros, petites et moyennes entreprises (MPME) en Afrique de l’Est et de l’Ouest pour surmonter les défis commerciaux créés par la pandémie du COVID-19. Le « programme de conseil et de soutien aux entreprises », avec un engagement de 1,69 million USD de la part du programme de relance et de résilience COVID-19 de la Fondation Mastercard, vise à restaurer les économies locales en créant des entreprises plus durables et en générant des opportunités de travail pour les jeunes africains.

Le programme aidera les entreprises et les jeunes entrepreneurs à renforcer leur résilience immédiate et à long terme grâce à des ressources d’apprentissage en ligne ; fournir des conseils sur l’accès aux marchés et au financement ; et favoriser une plus grande inclusion des jeunes, en particulier des jeunes femmes.

Le programme se compose de deux volets et se déroulera jusqu’en juin 2022. Le premier est un programme de formation virtuelle, une extension de la boîte à outils de survie des PME face au COVID-19 de l’IIA, qui permettra à 8,870 MPME supplémentaires au Ghana, au Kenya et au Sénégal d’accéder au masterclasse en ligne, sessions peer-to-peer et référentiel de guides pratiques.

Le deuxième volet du programme fournira aux PME ghanéennes un soutien technique et renforcera les liens commerciaux dans les secteurs de la fabrication, de l’agriculture, des industries extractives et des TIC, où l’offre est insuffisante. Ces PME seront également soutenues dans l’établissement de relations avec les prêteurs et les investisseurs.

Au-delà de sons association avec la Fondation Mastercard, Invest in Africa (IIA) est une initiative du secteur privé spécialisée dans l’accompagnement des entreprises africaines pour optimiser leur participation aux activités des secteurs clés de l’économie tels que les industries extractives (oil and gas, mines), l’énergie, les infrastructures, etc. Créée en 2012, IIA opère dans cinq pays africains (Kenya, Ghana, Sénégal, Zambie et Mauritanie) avec pour objectifs de :

  • Coordonner les efforts de contenu local du secteur privé ;
  • Aider à optimiser la participation des entreprises locales au secteur du Oil & Gas (puis à d’autres secteurs tels que les mines) à travers des programmes d’amélioration de l’accès aux compétences, aux marchés et aux financements ;
  • Participer à la définition de la stratégie industrielle des pays afin de promouvoir une croissance durable et ainsi favoriser l’accès aux opportunités d’affaires et la création d’emplois.

Présent au Sénégal depuis 2018, IIA est supporté par les quatre opérateurs des deux projets pétroliers et gazier du pays : Sangomar avec Woodside et Cairn et GTA avec (BP et Kosmos).

En vue de contribuer à l’atteinte des objectifs de 50% de contenu local à l’horizon 2030 fixés par le gouvernement, IIA apporte un appui au secteur privé national autour de trois piliers :

  1. Accès aux marchés

A travers sa plateforme African Partner Pool (APP) qui est un portail de passation de marchés, IIA promeut la mise en relation entre les entreprises internationales et l’économie locale. Ceci permet aux entreprises internationales, en tant que donneurs d’ordres avec des obligations d’approvisionnement local, d’avoir accès à une base de données de fournisseurs locaux validés comprenant les produits / services offerts, leurs expériences, capacités, certifications, références commerciales, entre autres.

Elles peuvent également y publier des appels d’offres à l’intention des fournisseurs locaux. Ces derniers qui disposent de comptes fournisseurs ont alors accès aux opportunités d’affaires et peuvent y soumissionner.

Au Sénégal, la plateforme APP a été lancée en février 2019. Elle compte aujourd’hui 04 donneurs d’ordres actifs, près de 1 400 fournisseurs dont les 75% sont locaux, 57 appels d’offres dans divers secteurs d’activités, et 26 entreprises locales attributaires de contrats.

  1. Accès aux compétences

Le secteur du pétrole et du gaz est assez récent au Sénégal et les entreprises locales ne sont pas forcément aux normes internationales. Les profils des fournisseurs sur la plateforme nous permettent de positionner ces derniers sur une grille d’évaluation calibrée sur le secteur pétrolier et ainsi identifier leurs besoins de mise à niveau.

Il peut s’agir de certifications, de mise en place de politiques QHSE, de définition de chartes éthique, etc. Sur cette base, nous déroulons nos initiatives de promotion de l’accès aux compétences dans le cadre de partenariats que nous nouons avec des institutions de formation, des cabinets d’audit, des sociétés d’inspection et de certification parmi lesquels le Bureau Veritas, SGS, Dermond Academy, IOGS…

Le volume des entreprises à mettre à niveau nous permet de mutualiser les demandes et de négocier des rabais sur les tarifs de référence. En sus, nous avons soumis une demande de financement des efforts de renforcement de capacités des entreprises sénégalaises désireuses d’intervenir dans la chaîne d’approvisionnement du secteur pétrolier auprès du Fonds d’Appui au Secteur Privé Africain (FAPA) de la Banque Africaine de Développement (BAD). Cette demande a été approuvée par le fonds FAPA et sera bientôt mise en place. Ceci nous permettra de rendre l’accès aux compétences plus abordables pour les entreprises locales au Sénégal.

  1. Accès au financement

 Pour intervenir dans la chaîne d’approvisionnement de l’industrie Oil and Gas, les entreprises locales auront nécessairement besoin de financement que ce soit pour acquérir de l’équipement, financer un projet de certification, ou bien préfinancer l’exécution d’un contrat.

C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place un cadre de travail avec des banques commerciales au Sénégal en l’occurrence : Orabank, Crédit du Sénégal et Ecobank. Ces banques nous donnent leurs critères de financement et sur cette base nous sélectionnons des PMEs inscrites sur notre plateforme qui correspondent à leurs besoins, nous les préparons à être plus bancables et les envoyons aux différentes banques pour financement. Les banques décident si elles souhaitent financer la PME, mais ce que nous avons remarqué, c’est qu’environ 70 % des PME qui passent par IIA pour un financement se voient accorder des prêts et cela en raison du travail de due diligence qui est effectué en amont sur les PMEs qui souhaitent s’inscrire sur la plateforme.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire