Inde: New Delhi à feu et à sang

Les violences ont commencé alors qu’un groupe pacifique de musulmans cherchaient à organiser un sit-in contre la loi controversée sur la citoyenneté le 23 février dernier. C’est alors qu’un dirigeant nationaliste hindou du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), a appelé ses membres et ses partisans à se révolter. Cela a allumé la mèche, selon beaucoup de personnes sur place.

Des violences inter-communautaires ont déjà coûté la vie à 20 personnes et fait près de 200 blessés. Elles marquent un des pires embrasements de la capitale indienne depuis des décennies. Ce mercredi, la situation est plus calme dans cette zone du nord-est de New Delhi.

Dans la rue, un commerce musulman a été attaqué par les hindouistes le lundi 24 février. Les hindouistes ont déferlé dans le quartier, avec apparemment des répliques aussi violentes de la part de l’autre côté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire