Warning: set_time_limit() has been disabled for security reasons in /home/clients/35e967565235033916a82b9b594ba511/web/wp-content/plugins/wedevs-project-manager/core/Upgrades/Upgrade.php on line 4
Etats-Unis: une fusillade dans un lycée au Texas fait plusieurs morts

Etats-Unis: une fusillade dans un lycée au Texas fait plusieurs morts

Les forces de l'ordre déployées sur le campus du lycée de Santa Fe après une fusillade qui a fait au moins huit morts, vendredi 18 mai. Courtesy HCSO/Handout via REUTERS

Une fusillade dans un lycée de Sante Fe, au Texas, a fait ce vendredi au moins dix morts parmi les élèves et le personnel de l’établissement. Selon le shérif local, le tireur étudiait dans le lycée de cette ville.

Selon un bilan encore provisoire, la fusillade perpétrée ce vendredi au lycée de Sante Fe a fait dix morts, parmi lesquels neuf élèves et un professeur. Au moins dix personnes ont par ailleurs été blessées, dont deux se trouvent toujours dans un état grave.

L’attaque s’est produite vers 7h du matin, au moment de l’ouverture des classes, rapporte le correspondant de rfi à San Francisco, Eric de Salve. Le tireur, un élève de l’établissement âgé de 17 ans, a fait feu sur ses camarades et sur des professeurs avec deux revolvers détenus légalement par son père et qu’il avait cachés sous sa veste. Il était également armé de cocktails Molotov et d’explosifs qui ont été découverts à l’intérieur et à l’extérieur du lycée. Selon les enquêteurs, il avait l’intention de se suicider après avoir utilisé toutes ses munitions, mais n’en a finalement pas eu le courage. Il a donc préféré se rendre à la police.

Aucun élément ne laissait présager son passage à l’acte criminel, affirme le chef de la police de Santa Fe. L’adolescent s’affichait toutefois sur son profil Facebook avec des chemises nazies et avec un tee-shirt sur lequel était inscrit « né pour tuer ». Selon des médias locaux, il avait aussi annoncé son projet dans un journal intime.

Trump dénonce « une attaque horrible »

En préalable d’un discours sur la réforme pénitentiaire, Donald Trump a dénoncé depuis la Maison Blanche une « attaque horrible ». « Cela dure depuis trop longtemps dans notre pays », a déploré le président américain, assurant que son administration était déterminée à faire « tout ce qui est en son pouvoir » pour protéger les étudiants et s’assurer que « ceux qui représentent une menace pour eux-mêmes et pour les autres » ne puissent détenir d’armes.

Cette nouvelle attaque intervient trois mois après la tuerie de masse du lycée de Parkland en Floride, qui avait fait 17 morts et déclenché un vaste débat sur les armes aux Etats-Unis. En mars, les lycéens rescapés avaient organisé une marche historique à Washington rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes pour demander un renforcement du contrôle sur les armes.

Selon Everytown for Gun Safety, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis, il y a environ une fusillade chaque semaine en milieu scolaire dans le pays. La plupart d’entre elles ne font d’ailleurs pas les gros titres de la presse nationale, compte tenu de leur banalité.

Armes: le gouverneur du Texas veut «passer à l’action»

Ce n’est pas un hasard si la NRA, le puissant lobby des armes à feu, a choisi le Texas pour organiser sa convention annuelle au début du mois de mai : dans cet Etat le port d’armes fait partie de la culture locale, et est soumis à une législation fort peu contraignante. Mais, signe d’une infime évolution,  dans les instants qui ont suivi la tuerie de Santa Fe, le gouverneur républicain Greg Abott a annoncé un débat sur les armes à feu.

« Nous devons faire plus que de simples prières pour les victimes et leurs familles, a-t-il déclaré. Il est temps que le Texas passe à l’action. Donc je vais immédiatement travailler avec les législateurs de l’Etat mais aussi les membres des communautés à travers le Texas, et commencer par organiser des tables rondes pour trouver des solutions rapides afin que les tragédies comme celle-ci ne se reproduisent plus jamais. »

Mais il y a fort à parier que ces tables rondes ne déboucheront pas sur un strict contrôle des ventes d’armes : lors de la convention de la NRA au début du mois le gouverneur Greg Abott a déclaré : « Le problème ce ne sont pas les armes, ce sont les coeurs sans Dieu. » Et dans un tweet rédigé en 2015, Greg Abott déplorait que son Etat ne soit que deuxième dans le palmarès des achats d’armes à feu aux Etats-Unis.

D’après le Washington Post, il y a eu davantage de morts dans des établissements scolaires depuis début 2018 que chez les membres des forces armées.

Il y a seulement trois mois, 17 personnes décédaient ainsi sous les balles d’un tireur de 19 ans dans un lycée de Parkland, en Floride, le massacre déclenchant une mobilisation nationale pour demander notamment de limiter l’accès aux armes à feu.

Plus d’un million de personnes, en majorité des jeunes, avait manifesté fin mars à travers le pays au cours de la March for Our Lives (Marchons pour nos vies), sans que les responsables politiques ne prennent de dispositions légales significatives. « Vous ne méritiez pas ça », s’est insurgée dans un tweet Emma Gonzalez, l’une de meneuses du mouvement. « Vous méritez d’être en paix toute votre vie, pas seulement une fois qu’une épitaphe le dit sur votre tombe », a lâché la jeune femme.

Src : Rfi