Google+
Breaking News
Home » Actualité » En 2018, manifester à Alger est toujours interdit
La police algérienne interdisant une manifestation pour la Palestine à Alger, rapporte Le Huffington Maghreb.

En 2018, manifester à Alger est toujours interdit

Un nouveau rassemblement a été réprimé à Alger ce mercredi. En Algérie, manifester dans la capitale est proscrit depuis 2001. Les opposants n’attendent plus d’autorisations avant de descendre dans les rues et sont souvent dispersés par les forces de l’ordre.

Les médecins résidents algériens qui manifestaient ce 3 janvier à Alger n’ont pas eu le temps de se rassembler très longtemps avant d’être chargés par les forces de l’ordre. À hauteur de l’hôpital universitaire Mustapha Pacha d’Alger, alors qu’ils exigeaient une réforme du service civil et une dispense du service militaire, les policiers les ont repoussé avec des coups de matraque. Résultat : une vingtaine de blessés, dont un grave, et plusieurs arrestations, selon les associations de manifestants.

Les articles de presse, où il est question de manifestations organisées dans la capitale algérienne, se ressemblent et terminent le plus souvent de la même manière : par des coups de matraque. Même une manifestation de solidarité avec la Palestine, une cause nationale, a été empêchée le 8 décembre dernier. Même les plus importantes marches traditionnelles du 1er mai ont lieu dans d’autres villes. Mais dans la capitale, se rassembler pour célébrer la fête des travailleurs reste risqué.

Les explications d’Ali Benflis

Depuis 2001, une interdiction de manifester empêche tout rassemblement dans la capitale, à quelques rares exceptions près. Plusieurs juristes assurent à Jeune Afrique que l’interdiction a été actée le 18 juin 2001, par le Conseil du gouvernement.

“Ce ne sont pas les attentats qui ont poussé les autorités à prendre cette décision, mais bien la marche du 14 juin

Hacene Ferhati connaît bien cette période. Frère d’un disparu de la guerre civile, il est le membre fondateur du collectif SOS Disparus, qui exige la vérité concernant les disparitions de citoyens dans les années 1990. « Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les attentats qui ont poussé les autorités à prendre cette décision, mais bien la marche du 14 juin ». Quatre jours plus tôt, en effet, le 14 juin 2001, des centaines de milliers de manifestants venus de Kabylie convergeaient sur la capitale pour remettre au gouvernement une liste de revendications. La répression est féroce et dans les jours qui suivent, la décision est prise d’empêcher tout rassemblement dans la capitale. Et cette proscription, a priori encadrée par un décret, n’a jamais été levée, pas même lorsque l’état d’urgence, instauré en 1992 pour lutter contre la guérilla, a pris fin en 2011.

” Mon parcours politique et professionnel atteste sans ambiguïté que je ne suis pas, par instinct, par raison et par conviction, un ennemi des libertés

Dans un entretien à Jeune Afrique en 2014, Ali Benflis, chef du gouvernement entre août 2000 et mai 2003, assurait ne pas être responsable de cette interdiction : « Vous évoquez comme précédent la marche interdite de juin 2001. Je veux à cet égard être très clair : mon parcours politique et professionnel atteste sans ambiguïté que je ne suis pas, par instinct, par raison et par conviction, un ennemi des libertés. »

Et concernant l’empêchement des marches à Alger, il préférait renvoyer vers les interdictions décidées dans le cadre de l’état d’urgence. La même année, candidat aux élections présidentielles, Benflis concédait lors d’un meeting que la décision avait bien été prise durant son mandat, malgré son opposition de principe. Il précisait également que suite à la manifestation du 14 juin, la décision avait été prise de proscrire tout rassemblement dans la capitale jusqu’au retour au calme et ce dans le cadre de la loi sur l’état d’urgence.

Les manifestants n’attendent plus d’autorisations

L’interdiction n’est pas sans connaître quelques dérogations informelles. Les familles de disparus avec lesquelles milite Hacene Ferhati se réunissent, par exemple, chaque mercredi à Alger, souvent à hauteur de la Grande Poste. Un droit à la démonstration acquis après des années de rassemblements réguliers et après bien des tracas. Othmane Aouameur, activiste, se souvient du rassemblement autorisé qu’il a organisé à Alger en 2015 : « C’était contre les violences entre Algériens à Ghardaïa. Les autorités ont dû se dire que c’était sans risque et que nous serions peu nombreux, quoi qu’il en soit. J’ai déposé une notification dans un commissariat et nous nous sommes rassemblés sur la place du 1er Mai. »

« L’interdiction des manifestations à Alger est appliquée strictement par les autorités, qui mobilisent d’importants effectifs de police pour entraver les manifestations et interpeller les participants, lesquels sont d’ordinaire gardés à vue pendant quelques heures avant d’être remis en liberté », remarquait encore l’ONG Human Rights Watch dans un rapport rendu public en 2017.

“On se regroupe parce que […] nous n’avons jamais pu lire le texte qui nous interdit de nous rassembler dans la capitale

Depuis, les opposants, les activistes, les militants associatifs ou syndicats ont pris le pli. « On ne dépose plus de demande d’autorisation lorsqu’on veut manifester, explique une militante de la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA). On se regroupe parce que ce droit est consacré par la Constitution et les textes internationaux ratifiés par l’Algérie et parce que nous n’avons jamais pu lire le texte qui nous interdit de nous rassembler dans la capitale. Et nous savons comment ça se termine : par des coups. »

En février 2011, alors qu’un vent de révolte souffle sur la région, un rassemblement de partis d’opposition, de représentants de la société civile et de syndicats, la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), décide de manifester dans la capitale. Parmi les revendications, justement : la levée de la proscription. Ce 12 février 2011, après avoir eu le droit de se regrouper quelques heures, les manifestants avaient finalement été dispersés avant la fin de l’après-midi.

( Source : Jeune Afrique)

Check Also

Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a annoncé sa démission ce mercredi 14 …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :