Discussions de paix: Seleka et anti-balaka préparent une déclaration

Lors du 23e sommet de l’Union africaine qui s’est tenu à Malabo, les chefs d’Etat ont annoncé qu’un forum inclusif sur la paix en RCA serait organisé à Brazzaville. Sur le terrain à Bangui, cette proposition de forum a été bien accueillie par les deux groupes armés, la Seleka et les anti-balaka.
L’UA souhaite que toutes les parties, groupes armés, mouvements politiques, société civile, groupes religieux participent à cette grande rencontre. Visiblement, six mois après la mise en place de la présidente de transition, Catherine Samba Panza, les instances de l’UA s’inquiètent de l’absence d’avancées pour aller vers une sortie de crise.

Il y a quinze jours, la coordination politique de la Seleka et les anti-balaka ont signé un premier document pour confirmer la mise en place d’une médiation. Depuis, les discussions, discrètes, du comité mixte, composé de six membres de chaque groupe, se poursuivent. La dernière réunion s’est tenue jeudi. Pour Eric Massi, l’un des représentants de la Seleka, le forum de Brazzaville est un prolongement des ces discussions. « Il est utile à notre sens que tout le monde puisse se retrouver. L’objectif principal est d’abord d’aller à la cessation des hostilités, de trouver un chemin pour la réconciliation » explique-t-il au micro de RFI.

Ne pas relancer les hostilités

Même état d’esprit au sein des anti-balaka. « On ne peut pas continuer à s’entretuer… C’est une bonne initiative, il faut qu’on se dise certaines choses… Il est temps maintenant ! » déclare leur porte-parole, Emotion Brice Nansio. Une déclaration commune préparée par les Seleka et les anti-balaka serait prête. Ce texte est actuellement présenté aux différentes factions des deux entités, notamment aux responsables militaires. « Il y a urgence c’est vrai, reconnaît un membre de la médiation,mais il faut éviter toute précipitation qui pourrait relancer les hostilités ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire