Cinéma africain: “Moolaadé” sensibilise sur les méfaits de l’excision

Le long métrage fiction‘’Moolaadé’’, projeté dans les villages les plus reculés du Mali et ailleurs en Afrique, a beaucoup servi dans la sensibilisation sur les méfaits de l’excision, souligne Fatoumata Coulibaly. L’actrice malienne est présente à Dakar dans le cadre de la 4ème édition du ‘’Festival films femmes Afrique’’ (21-29 février).

Dans le dernier film du cinéaste sénégalais Sembene Ousmane, réalisé en 2004, elle joue le personnage principal d’une mère excisée qui a souffert des séquelles de l’excision dans ses rapports conjugaux et s’est battue pour soustraire son unique fille de ce rituel traditionnel. 

Fatoumata Coulibaly, qui a joué son rôle sous le pseudonyme de Collé Ardo Gallo Sy, est convaincue que des films ou des pièces de théâtre peuvent aider à unir les cœurs séparés par la guerre.  

Son film ‘’L’après coup, la voix des Maliennes’’, coréalisé avec la Québécoise Erica Pomerance, sera présenté mardi, à 15 heures, au Centre de recherche ouest africain (WARC). Celui-ci donne la parole aux femmes pour une recherche de solution à la crise qui sévit au Mali depuis 2012. 

APS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire