Warning: set_time_limit() has been disabled for security reasons in /home/clients/35e967565235033916a82b9b594ba511/web/wp-content/plugins/wedevs-project-manager/core/Upgrades/Upgrade.php on line 4
Casamance : la vie reprend à Kouram grâce au CICR Google+
Breaking News
Home » Actualité » Casamance : la vie reprend à Kouram grâce au CICR

Casamance : la vie reprend à Kouram grâce au CICR

Les populations du village de Kouram (Bignona), réfugiées pendant six ans en Gambie à cause du conflit armé en Casamance, ont entamé depuis 2012 un processus de retour volontaire avec l’appui du Comité international de la croix rouge (CICR), a expliqué Lamine Coly, le chef de la localité.

S’exprimant lundi à l’occasion d’une visite de presse des projets de l’organisation humanitaire, il a rappelé que c’est en 2006 que les populations ont trouvé refuge à Bulock (Gambie) à la suite des affrontements entre l’Armée sénégalaise et les combattants du Mouvements forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion).

‘’On a entendu les crépitements des armes. Dés fois, il y avait même des balles qui tombaient dans le village. On était obligé de partir au sixième jour des affrontements entre les protagonistes. On a d’abord commencé à évacuer les familles. Il n’était pas question de rester pour se faire tuer, parce que les combats se rapprochaient de nous’’, s’est –il encore souvenu.

Le village a été pillé pendant l’exil des habitants, a-t-il dit, relevant qu’une maison construite en dur et la mosquée du village étaient les seuls édifices qui étaient restés intacts à leur retour à Kouram situé à 2 km de la frontière gambienne.

Le chef du village a indiqué avoir perdu dans ce déplacement précipité du matériel électronique, des meubles, du bétail et d’autres matériaux financés par le CICR tels que le grillage pour le jardin maraicher, des arrosoirs, des table-bancs pour l’école du village.

Lamine Coly, titulaire du bac obtenu en 1987 au lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda (Est), a déclaré qu’il est le premier refugié à retourner en novembre 2011 à Kouram (113 kms de Ziguinchor), en avertissant d’abord les militaires qui étaient sur les lieux.

Selon lui, les populations ont commencé à retourner en 2012 avec l’accompagnement du CICR qui leur a offert des matériaux de construction, des semences, des vivres de soudures, du matériel agricole et des moustiquaires imprégnées.

Il a expliqué aussi que les populations se sont organisées en communauté pour reconstruire progressivement leurs habitations qui ont été entièrement saccagées pendant leur déplacement.

Dans cette volonté de retour, le CICR a accompagné environ 85 familles (soit 600 personnes) renseigne un document remis à la presse, précisant qu’un soutien multiforme leur été accordée.
aps

Check Also

Drame à Kaffrine : Un garçon tué d’un coup de pilon

Un garçon de sept ans a été tué d’un coup de pilon, ce lundi, dans …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :