Armée ukrainienne contre soldats fantômes en Crimée

Vladimir Poutine a ordonné aux troupes du centre et de l’ouest de la Russie de rentrer dans leurs bases, mardi 4 mars. Il avait assisté la veille au dernier jour d’exercices de ces troupes, ordonnés par surprise le 26 février.

Lundi, les chancelleries avaient pris au sérieux l’agence russe Interfax selon laquelle le chef de la flotte russe de la mer Noire, le vice-amiral Alexandre Vitko, avait ordonné aux Ukrainiens de déposer les armes d’ici mardi, à 5 heures du matin, sans quoi un assaut serait lancé sur toutes les bases de la péninsule. L’agence citait une source anonyme au ministère ukrainien de la défense.

C’était dire que la prise de contrôle de la Crimée, achevée dès vendredi, se muerait en guerre ouverte, afin d’y réduire les poches de territoire encore sous l’autorité de Kiev, ou simplement restées passives.

« ABSURDITÉ TOTALE »

Le bureau russe d’Interfax démentait quelques heures plus tard : le QG de la flotte, à Sébastopol, dénonçait « une absurdité totale » et précisait qu‘« aucune attaque n’est en préparation ». Sergueï Narichkine, président de la Douma, avait assuré plus tôt qu’il n’était « pas nécessaire pour le moment » d’envoyer l’armée en Ukraine. D’autant plus qu’elle y est déjà.

L’armée ukrainienne a annoncé elle aussi avoir reçu un premier ultimatum russe, qui enjoignait les équipages de deux navires ukrainiens bloqués à quai à Sébastopol de se rendre sans délai, sous menace d’un assaut. Quatre navires russes les empêchaient de quitter la rade. Le ministère de la défense …

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*