AFFAIRE SERIGNE MBOUP / CHAMBRE DE COMMERCE DE DAKAR: Le patron du Ccbm débouté par le tribunal

Le verdict est tombé. Serigne Mboup, président de l’Union nationale des chambres de commerce d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) est débouté suite à sa plainte pour diffamation contre les membres du bureau de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad).

Pour rappel, le bureau de la Chambre consulaire avait dénoncé les sorties du président de l’Unccias, M. Serigne Mboup, qu’il qualifie de «tentative de déstabilisation de la Cciad», d’«atteinte à l’image de l’institution consulaire» et surtout d’«intrusion dans le fonctionnement de la Chambre». Le bureau consulaire est allé jusqu’à dire que M. Serigne Mboup a tenté de «corrompre quelques membres de la Cciad pour bloquer la chambre». Ainsi, ils ont décidé de sus-pendre leur participation dans l’Union nationale des chambres de commerce d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) que dirige M. Mboup. Ce dernier a estimé que les membres de la Chambre consulaire ont eu l’intention de le discréditer arguant que ces«allégations» sont fausses et portent atteinte à son honneur. Il a estimé qu’on lui causé un préjudice moral qu’il convient de réparer en payant solidairement 1 milliard pour dommages et intérêts.

Il a aussi demandé des peines d’emprisonnement. Après plusieurs renvois, le verdict est tombé le mardi 24 février et il est défavorable à M. Serigne Mboup. Le tribunal l’a débouté. Les avocats de la Chambre de commerce de Dakar, Me Ousmane Thiam et Me Emmanuel Diatta, ont magnifié la décision du tribunal qu’ils jugent juste.

«M. Serigne Mboup, président de l’Union nationale des chambres de commerce d’industrie et d’agriculture du Sénégal a servi une citation directe à 11 membres du bureau de la Cciad. Il leurre prochait de délit de diffamation. Ces personnes avaient fait une résolution N°6-2020 du 3 juillet 2020 dans laquelle elles avaient décidé de suspendre leur participation à l’Union nationale des chambres de commerce d’industrie et d’agriculture du Sénégal. Ces membres du bureau de la Cciad ont expliqué les raisons de leur décision. Ainsi Serigne Mboup a estimé leurs propos diffamatoires et a saisi la justice. Aujourd’hui, le tribunal a relaxé les prévenus. Il estime que les faits ne sont pas établis.

Nous n’avons pas vu de propos diffamatoires et nous l’avons expliqué au tribunal. La citation n’était pas fondée», a souligné Me Emmanuel Diatta. Quant à Me Ousmane Thiam, il affirme : «en matière de diffamation, il faut identifier l’auteur et le rédacteur. Et tout cela n’est pas identifié. Le juge a relaxé les prévenus et la demande a été rejetée».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire