2stv

Accusé d’avoir acheté illégalement un foie pour Abidal, le Barça dément

Nommé directeur sportif du Barça il y a quelques semaines, Eric Abidal est au coeur de l’actualité en Espagne. Selon “El Confidencial”, le FC Barcelone aurait acheté illégalement, en 2012, un foie pour son ancien défenseur, alors atteint d’un cancer. Le très sérieux média évoque des écoutes téléphoniques mettant en cause Sandro Rosell, l’ancien président du club catalan.

Le média espagnol se base sur au moins “quatre appels” de Sandro Rosell, l’ancien président du Barça, actuellement jugé pour une affaire de blanchiment d’argent. Dans ces écoutes, Rosell admettrait implicitement avoir acheté illégalement un foie pour Abidal.

Le Barça dément, le joueur aussi

Officiellement, le donneur était présenté comme Gérard, un cousin de l’ancien international français. Officieusement, la version serait donc différente. Interrogé à ce sujet par RAC1, une radio espagnole, la défense de Rosell a réagi. “Nous n’avons pas connaissance de ces faits“, explique cette dernière, ajoutant qu’un hôpital public “n’aurait pas permis une telle chose“.

De son côté, le FC Barcelone a démenti formellement ces informations via un communiqué officiel. “Le Barça dément une quelconque irrégularité dans l’opération de transplantation du foie d’Eric Abidal et rappelle que l’affaire a été classée par une juge de Barcelone le 18 mai dernier“, peut-on ainsi lire sur le site du club catalan. L’ancien international français a également réagi. Dans un communiqué, la Fondation Eric Abidal, “en son nom et en celui d’Eric Abidal, dément catégoriquement les informations diffusées dans certains médias sur des irrégularités dans le traitement de sa maladie”.

Une nouvelle enquête ouverte

Contacté par l’AFP, un tribunal de Barcelone a indiqué avoir enquêté pendant un an sur un possible délit de trafic d’organe avant de classer l’affaire faute de preuves.”Aucune preuve, aucun indice, qui permette de soutenir l’accusation contre qui que ce soit, n’a été trouvé”, a affirmé une porte-parole de cette instance.

L’organisation espagnole chargée du don d’organes (ONT), dépendant du ministère de la Santé, a également assuré dans un communiqué que selon les informations dont elle dispose, “le processus de don et de greffe d’Eric Abidal était conforme à la législation en vigueur et aux protocoles médicaux habituels”. Elle a néanmoins ajouté avoir ouvert une enquête sur son cas après la publication de l’article. L’hôpital Clinic de Barcelone a également assuré avoir respecté toute les règles en vigueur dans cette greffe.

Eurosport