ABDOULAYE WILANE, SUR LA LEVEE DE FONDS DE PASTEF: «Comment le ministre de l’Intérieur pourrait interdire une telle pratique ?»

L’arrêté du ministre de l’Intérieur daté du 2 janvier dernier, rappelant à l’ordre le Pastef qui s’est lancé dans une campagne de levée de fonds,
continue de susciter des réactions. Après la vague d’indignations qui a
déferlé du côté de l’opposition et de la société civile, c’est au tour des membres de la mouvance présidentielle de sortir du bois pour se prononcer sur cette affaire qui défraie la chronique depuis le week-end passé. Et c’est Abdoulaye Wilane, député-maire de Kaffrine, qui va au charbon.

«Je pense que cet appel de fonds (la campagne de levée de fonds, Ndlr) de Pastef n’est que prétexte pour valider un financement déjà disponible dont la source pourrait bien être illégale», déclare le porte parole du Parti socialiste (Ps). D’ailleurs, Wilane pense que c’est ce que l’on perçoit dans la démarche qu’il qualifie d’inspirée du ministre de l’Intérieur, Félix Antoine Diome.Mais puisque rien, pour le moment, ne prouve «une source illégale» du financement du parti d’Ousmane Sonko, Wilane se contente de livrer ce qu’il appelle son point de vue.

Le secrétaire national à la communication du Ps appelle, donc, les autorités à clarifier la lanterne des sénégalais. «Dès lors, les autorités de l’Etat, destinataires d’informations et de renseignements, doivent nous édifier sérieusement pour éviter des préjugés», a-t-il déclaré. Abdoulaye Wilane ne s’arrête pas là. Il appelle le régime à la prudence. «Le pouvoir doit faire attention à ne pas tomber dans ce piège qui consiste à faire de la publicité gratuite pour ce parti et contribuer inutilement à son essor», alerte-t-il.

Revenant sur la législation encadrant le financement des partis politiques, Wilane de rappeler que «la loi vise à éviter que les partis bénéficient de l’argent occulte pour déstabiliser le pays (contexte et perspectives gazières et pétrolières) et non de fonds alloués parses membres et sympathisants».
C’est même sous cet angle qu’il attire l’attention des autorités. «Attention», dit-il, après avoir affirmé : «en tout état de cause, je vois mal comment le ministre de l’Intérieur pourrait interdire une telle pratique ou même contrôler la provenance dessous dès lors que le Président lui-même avait déclaré avoir bénéficié de financements des militants de l’extérieur quand il était dans l’opposition».

Non sans rappeler que «le débat suscité ne date pas d’aujourd’hui», le député de la Cedeao fait aussi remarquer que «la situation est délicate et le contexte particulièrement troublé». Pour terminer, Wilane lance un vibrant appel à tous les acteurs, afin de pouvoir réfléchir sur le financement de la démocratie dans sa globalité. «Nous devons réfléchir sur le financement de la démocratie, le financement de notre système électoral, le financement et le rôle des fondations et organisations de la société civile et des Ong dans notre pays comme dans les autres pays de notre espace communautaire», a-t-il avancé.

Source : Liiquotidien.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire