Algérie: le président Bouteflika reste et les manifestations continuent


Etudiants, enseignants, médecins, infirmiers : de nombreux manifestants sont une nouvelle fois dans la rue en Algérie avec le même mot d’ordre. Ils s’opposent à la prolongation du mandat du chef de l’Etat. Mais Abdelaziz Bouteflika maintient le cap et a confirmé dans une lettre publiée lundi 18 mars qu’il resterait en poste, jusqu’à la fin de la transition, jusqu’à l’organisation d’élections.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce mardi 19 mars au matin dans la capitale. Alors, comme chaque mardi depuis un mois, les étudiants étaient en première ligne. Ils demandaient, cette fois encore, le départ du système. Parmi les slogans : « Algérie libre », « Université libre », mais aussi des banderoles sur lesquelles il était écrit, par exemple, que la jeunesse était l’une des richesses de l’Algérie.

Aujourd’hui, les étudiants n’étaient pas seuls dans le cortège. Des médecins, des infirmiers et des dentistes étaient présents également. Un médecin expliquait d’ailleurs que le mot d’ordre de manifestation avait été lancé par un syndicat, mais aussi par le Conseil de l’ordre. Sur plusieurs pancartes, il était écrit qu’Abdelaziz Bouteflika n’avait pas l’état de santé suffisant pour être président.

Tournée à l’étranger

De leur côté, les autorités ont promis un nouveau gouvernement plus jeune. Les consultations continuent alors que le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a entamé une tournée à l’étranger, notamment en Russie. Mouscou souhaite avoir des informations directes sur ce qui se passe en Algérie. Juste avant sa rencontre avec Ramtane Lamamra, Sergueï Lavrov a affirmé que son pays était inquiet par les manifestations en Algérie, y voyant des tentatives de déstabiliser la situation dans le pays. La Russie soutient le fait que les autorités algériennes dialoguent avec l’opposition.

Une semaine après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, Ramtane Lamamra était aussi à Rome ce lundi. Le ministre algérien a affirmé qu’il rassurait les partenaires internationaux qui « ont le sentiment qu’il se développe une situation potentiellement porteuse de risques ».

Source : RFI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire